Des lycéens testent la “Paille Porteuse”

Les qualités naturelles de la paille et ses différentes mises en œuvre présentent de multiples intérêts et grâce aux règles Professionnelles CP 2012, la construction en paille connaît un essor et un engouement auprès des professionnels que forme et fédère le RFCP.
Plusieurs régions participent au développement de la filière. En soutenant un partenariat atypique « très porteur », la région Grand Aquitaine et le département de la Haute-Vienne font figure de précurseurs.

Ce partenariat repose sur la mobilisation de plusieurs structures :
– le Campus des Métiers et des Qualification Construction Durable et Eco-réhabilitation,
– la Région Nouvelle Aquitaine,
– le Lycée Martin Nadaud de Bellac labellisé « Lycée des métiers du développement durable »,
– les Plateformes Technologiques Bois – Bâtiment et Ramsès,
– et enfin le Réseau Français de la Construction paille.

Les lycéens fabriquent la lisse basse

Après deux années de montage du projet, le lancement des tests de fluage de murs en paille porteuse a vu le jour au Lycée des métiers Martin Nadaud. Ceux sont les élèves en CAP des sections maçonnerie et constructeur bois qui ont expérimenté la botte de paille comme matériau de construction.
C’est unique en France : pour la première fois, avec l’appui technique du RFCP, des élèves de CAP et leurs professeurs mènent une expérimentation de fluage sur douze mois pour tester la fiabilité d’un système constructif non caractérisé : la paille porteuse (PP).

Bref historique
Ce projet est parti de la volonté des animateurs de la commission PP du RFCP et de l’équipe régionale du réseau représentée par l’association Résonance Paille.
Notre objectif est de démontrer que la paille a aussi des aptitudes à assumer les charges sans l’aide d’une ossature bois.
Rappelons que le système constructif paille porteuse, désigné aussi « Nebraska » est la technique historique la plus ancienne. Des constructions du 19ème siècle dont une église en paille porteuse sont toujours existantes et en bon état. La plus ancienne date de 1870.

Le mur en fabrication

Le projet à Bellac
Tous les comportements thermiques, acoustiques, résistance aux insectes sont déjà validés grâce au règles professionnelles. Ici à Bellac, le projet des tests se concentre sur la reconnaissance des performances mécaniques à partir de bottes de paille moyenne densité (Longueur 1,20 m x largeur 0,47 m x épaisseur 0,37 m / 24-25 kg), grâce à des capteurs installés dans trois murs lestés de charges de 1.5 tonnes pendant un an, ainsi que des capteurs d’hydrométrie et de déplacement qui donneront leurs résultats sur graphique pendant toute la durée de l’expérience.
Ces essais de fluage, extrêmement minutieux, sont très attendus par la communauté, car ils viennent valider les hypothèses qui pourront rassurer sur la paille porteuse.

Le positionnement des capteurs

Un beau partenariat
La volonté du RFCP est de s’adosser aux réseaux régionaux et de travailler avec les architectes, les artisans, les ingénieurs et les écoles, afin de porter l’information auprès de tous les publics. Au Lycée de Bellac, ce sont les professeurs Hugo Cherlonneix et Patrick Boulesteix, enseignants auprès des classes de CAP constructeur bois et CAP maçonnerie qui ont participé au projet. Pour les élèves, cela a été une expérience formidable, qui leur a permis de sortir du cursus classique, d’appréhender la recherche de solutions techniques. Ce partenariat a aussi une visée pédagogique de prise de conscience des enjeux environnementaux et de stimulation d’orientation dans les voies de la construction durable.

Lycéens Martin Nadaud de Bellac

Remerciements
Le RFCP tient à remercier tous les partenaires institutionnels de la région et de l’éducation nationale sans qui ce projet n’aurait pas vu le jour.
Un grand merci et bravo à l’équipe du Lycée de Bellac : Thierry Limanton, responsable de la plateforme Ramsès et Olivier Dartois, professeur qui a mis au point le système de transfert des données et la pose des capteurs, Ion-Octavian Pop, professeur à l’IUT d’Egletons, qui va gérer les données du test avec des élèves du CNAM de Limoges, Gérôme Dopeux, professeur à l’IUT d’Egletons grâce à qui tout a commencé.
Nous remercions aussi :
– Roland Gaudin, ingénieur bois chargé de projet chez BET-Gaujard Technologie SCOP qui nous a aidé à écrire le protocole de test de fluage.
– Sébastien Nicolas, gérant du BET structures ICS de Limoges, ainsi qu’Amandine et Blandine, qui ont finalisé les plans des maquettes et ont participé à la fabrication du 1er mur test.
– L’équipe de coordination du projet et animateurs de la commission paille porteuse du Réseau : Cédric Hamelin, architecte ; Christian Hamani, AMO ; et Thierry Soubrier, artisan et consultant PP ; tous les trois formateurs PP.
– L’association régionale Résonance Paille : Nicolas Rabuel, coordinateur de l’association, Marie-Colette Roux, architecte à Limoges et coordinatrice locale du projet et Bruno Joffre, architecte à la retraite.
Tous les bénévoles du Réseau qui ont participé à la fabrication du 1er mur test ont été ravis de l’accueil et du dynamisme de l’équipe du Lycée de Bellac.

Les deux prochains murs vont être construits ce printemps 2017. Nous vous tiendrons au courant des résultats des tests de fluage des trois murs.

 

Christian Hamani
administrateur du RFCP, co-animateur de la commission PP.
amichris1@gmail.com

A venir : Préparation du test au feu d’un mur en paille porteuse avec des bottes Matelas (longueur 2,00 m x largeur 0,80 m x épaisseur 0,50 m – 135 kg) pour les besoins du projet de construction d’un centre de loisirs de 1000 m² à Rosny-sous-Bois.

Le mur en paille porteuse